Bonjour et bienvenue dans un blog un peu particulier: celui où l’on parle de sujets qui sont transversaux, où l’on ne parle pas uniquement de médecine mais de santé, où l’on prend en compte l’être humain dans son entièreté.

Pourquoi écrire un blog ?

La production scientifique est tout à la fois variée et spécialisée. Le prisme est souvent par spécialité médicale (les anesthésistes liront certainement des articles en lien avec leur profession) et la transversalité manque dans l’information du grand public ou des spécialistes. Il est donc difficile de se forger un point de vue globale. L’objectif de ce blog est donc de couper la route aux sillons creusés depuis des années et de faire naître de nouvelles perspectives pour la prise en charge médicale.

S’adresser à des « sachants » (et n’y voyez là aucune référence à un quelconque événement en cours ou à venir) demande beaucoup d'habileté. Il faut les accompagner dans la mise à jour de leurs connaissances tout au long de leur carrière tout en sélectionnant des thématiques diverses visant à élargir leur culture scientifique. Ce blog, destiné également au grand public, construit un discours qui se rapproche de l’article scientifique, sans pour autant en emprunter le formalisme, tout en menant un exercice de vulgarisation couvrant davantage de points de vue.

Dans notre secteur, la formation continue tout au long de la vie est un impératif. Il y a de nombreuses sources et personnes qui influencent et transforment nos pratiques ou nos comportements. Toutefois, cette formation ne peut se cantonner à mettre les pieds sur la table, prendre son stylo et cahier pour suivre un cours magistral et écrire. Non, la formation est vivante, lissée dans le temps, faite de ponctions successives pour raviver les centres d’intérêt. D’ailleurs, vous posez-vous la question de quelle est la leçon la plus retenue dans la vie ?

A. Lorsqu’on vous a dit qu’il ne fallait pas toucher la casserole chaude.

B. Lorsque vous avez touché la casserole.

L’expérience sensorielle certe, mais la diversité des modes d’apprendre surtout !

C’est par la force vive de passionnés, qui ont l’amour du sujet et la passion pour autrui, que nous souhaitons changer de comportement, d’attitude, de mentalité, de façon de faire. Ceci nous amène à nous remettre en question et à accepter de se tromper dans notre façon de faire, dans une optique d’apprentissage en continu.

Toutefois, froisser la connaissance des uns ou heurter la sensibilité des autres et tout tombe à l’eau ! Ce blog sera donc écrit avec bienveillance pour permettre tant aux « sachants » qu’à tout à chacun d’apprendre. Apprendre, comprendre et mettre en pratique! Voilà le cercle vertueux pour améliorer nos pratiques (je m’efforcerai tout au long de garder un ton humoristique afin que cela éveille vos sens et vous donne une envie d’apprendre d’une manière qui sorte de l’ordinaire).

A quel sujet ?

Depuis 10 ans, je sillonne les structures médicales. Tout évolue et change à une vitesse défiant toute concurrence (enfin… à part l’informatique qui a décidé de faire bande à part dans un certain nombre d’établissements ...).

L’ambulatoire a pris une place prépondérante dans notre système, favorisant l’optimisation de la prise en charge au profit du patient. Le patient… mais comme son nom l’indique, il patiente… il attend à l’hôpital qu’un professionnel soit disponible. Jusque-là, le système était conçu pour intégrer le patient dans une organisation bien rodée. Mais QUID d’un patient qui sort des clous, avec des besoins spécifiques, ou encore des demandes de renseignement ? J’entends déjà: la réponse si aisée à formuler : « encore un patient pénible ».

Les patients sont des individus (pléonasme?) avec des besoins spécifiques, des fragilités. Il existe une diversité de profils de fait et j’ai décidé pour ma part de m'intéresser aux enfants. Par essence, ils sont “en cours de fabrication” dès leur naissance (pléonasme, deux dans la même phrase … ).

Photo by KD / Unsplash

Dès leur sortie de l’utérus, ils arrivent sur une ligne de départ avec des étapes, ce qu’on leur demande c’est de réussir une compétition de bi-athelon aux jeux olympiques. Le tir de départ est lancé, c’est partie pour 4 mois de progression, avec les premières questions: allaitement vs lait maternelle, suivi de la première étape de tir:

  • 1er tir: carotte✅
  • 2ème tir: les fruits ✅
  • 3ème tir: manger proprement ✅
  • 4ème tir: manger avec une fourchette et un couteau ✅
  • 5ème tir: manger toute son assiettes systématiquement ✅

Une fois cette épreuve terminé, ce vaillant sportif repart pour un tour de piste: et puis deuxième épreuve de tir:

  • 1er tir:  se retourner ✅
  • 2ème tir: quatre-patte ✅
  • 3ème tir: se tenir debout ✅
  • 4ème tir: faire un pas ✅
  • 5ème : marcher sans tomber ✅

Et vous pensez que la course est terminé? Et bien non! Bref… vous aurez saisi le challenge que l’on demande aux enfants chaque jour de surmonté sans rechigner et le tout avec le sourir!

Dans ce biathlon exigeant, toute rupture ou vécu trop brutal laisse des marques indélébiles dans la construction du future adulte. Cette recherche de la performance (excellence, perfection, ni plus ni moins) , quelle place à la fragilité, la vulnérabilité, ou encore l’échec? Quel place au temps d’apprentissage ?

Comme vous pouvez le saisir, le sujet au coeur de ce blog sera la prise en charge de l’enfant-patient dans le parcours de soin.